Présentation du guide

Ce guide présente les principales bonnes pratiques de design pour réaliser des services numériques à l’empreinte environnementale réduite. Il aborde les questions d’éco-conception en tentant de faire le pont avec l’accessibilité, l’économie de l’attention ou encore la diversité. En effet, l’éco-conception est étroitement liée à l’expérience utilisateur et à l'accessibilité numérique. Un service éco-conçu aura non seulement un impact environnemental moindre, mais aussi une expérience utilisateur améliorée pour une grande majorité des personnes.

Ce guide ne constitue pas une liste exhaustive mais propose une sélection de bonnes pratiques accessibles à tout designer, quel que soit son niveau technique.

Les questions d’éco-conception peuvent englober des réflexions beaucoup plus radicales et long-termistes que celles proposées ci-dessous (voir : Pour aller plus dans la démarche). Cependant nous avons délibérément pris le parti de nous concentrer sur des mesures directement applicables aux projets actuels, pour donner à tous et toutes des clés sur ce qu’il/elle peut faire à son échelle pour initier une démarche d’éco-conception. Si vous souhaitez aller plus loin dans la démarche, nous vous proposons d’autres pistes de réflexion ainsi que des références disponibles tout au long de ce guide.

D’autre part, le guide a vocation à évoluer et être enrichi au cours du temps grâce aux contributions de la communauté. Vous souhaitez y contribuer ? Rejoignez le channel #projet_ecoconception sur le Slack des Designers Éthiques.

Ce document est sous licence Creative Commons licence CC-By.

L’éco-conception de services numériques

En 2019, le secteur du numérique était responsable de 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (ADEME - La face cachée du numérique). C’est l’équivalent des émissions de tous les camions du monde, ou encore de pays comme le Canada et l’Allemagne réunis (The Shift Project - Lien vidéo). Par ailleurs, le numérique est le secteur qui voit sa part des émissions mondiales croître le plus vite puisqu’elle devrait doubler d’ici 2025 pour atteindre 8% (estimation de l’ADEME antérieure à la crise de Covid-19). Partant de ces constats, un nombre croissant de parties prenantes s’est penché sur les questions d’éco-conception numérique.

L’éco-conception est une démarche d’amélioration continue qui vise à limiter les ressources informatiques et énergétiques au niveau du terminal utilisateur, du réseau et du centre informatique (data center). Dans une démarche d’éco-conception, on s’intéresse au service numérique dans sa globalité :

un service numérique est constitué de l’ensemble des matériels, logiciels et infrastructures qui permettent de réaliser une action - trouver l’horaire d’un train, consulter le solde de son compte en banque, etc. - au format numérique

Ecoconception web : les 115 bonnes pratiques, 2019

L’éco-conception de services numériques est issue d’une méthodologie standardisée (ISO 14062: 2003).

Appliquée au numérique, elle a pour objectif de proposer de nouveaux services numériques ayant moins d’impacts sur l’environnement tout au long de leur cycle de vie.

Livre blanc GreenConcept, 2020

Si l’impact du numérique sur l’environnement vient de la fabrication des matériels informatiques et de la production de l’électricité qui les alimente, l’éco-conception aboutit à une couche applicative plus sobre. Les applications, sites web et logiciels éco-conçus fonctionnent en effet sur des appareils anciens, repoussant ainsi l’obsolescence des terminaux et le renouvellement du matériel. L’obsolescence se traduit entre autres par le fait que l’utilisateur qui fait l’expérience d’un terminal qui rame, aura tendance à renouveler son appareil (smartphone, pc, tablette) pour pallier cette lenteur induite.

Les bonnes pratiques suivantes ont des impacts positifs sur l’ensemble des limites planétaires et non pas seulement sur la question des émissions de gaz à effet de serre, qui ne constitue que l’une de ces 9 limites.

Un autre enjeu de l’éco-conception est d’ordre social et territorial. Limiter l’usage d’un service numérique pour la dernière génération de smartphone, d’OS, de navigateur ou d’une connexion haut-débit, est source d’exclusion d’une partie de la population et contribue à la fracture numérique.

Les avantages de l’éco-conception ne se limitent pas aux enjeux environnementaux et éthiques. Les enjeux financiers et légaux peuvent être d’excellents arguments pour convaincre décisionnaires et clients de tendre vers cette démarche. La meilleure utilisation du matériel (serveurs, ordinateurs…) permet de réaliser des économies pour l’entreprise, tant sur le renouvellement de matériel qu’en frais d’hébergement, etc. L’expérience utilisateur améliorée et les bonnes pratiques qui se recoupent avec l'accessibilité permettent quant à elles d’accroître l’audience. Une démarche d’éco-conception sérieuse peut aussi servir de levier de communication et de différenciation venant renforcer l’image de marque. De plus, les propositions de loi visant à réguler la création de services numériques se multiplient en UE et en France (proposition de loi du Sénat du 13 janvier 2021) : il est plus simple de les devancer plutôt que de risquer les sanctions.

Si vous êtes convaincus et que vous souhaitez vous lancer, voici des bonnes pratiques pour se lancer.

Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Venez échanger avec nous sur http://slack.designersethiques.org, canal #projet_ecoconception.

Autrices du guide : Aurélie Baton et Anne Faubry.